“Quels sont vos défauts ?”

“Quels sont vos défauts ?”
C’est LA question qui donne des sueurs froides aux candidats pendant les entretiens. Considérée par beaucoup comme une question piège et assez “old-school”, certains candidats et professionnels du recrutement l’a voit d’un très mauvais œil. Cependant, cet axe reste privilégié par les managers pour apprendre à mieux vous connaître ou analyser vos capacités à vous remettre en question.

 

Alors, que devez vous répondre ? Non, vous ne pourrez malheureusement pas esquiver avec un “je n’ai aucun défaut, désolé”. Même si vous avez peur de la réaction de votre interlocuteur, mieux vaut être honnête que de dire que vous n’avez aucun défaut.

La réponse est qu’il n’y a PAS de bonne réponse type.
Pourquoi ? Parce que selon le type de poste, la personnalité du recruteur, et plein d’autres paramètres, un défaut moindre pour vous pourra être un élément important pour votre interlocuteur et vice versa. Donner une réponse générique c'est aussi prendre le risque de paraître faux, manquer de sincérité ou encore une fois, éviter la question.
Ce qui va compter avant tout, c’est la façon dont ce défaut va au fil de l’eau se transformer en un élément positif pour vous.
Comment préparer cette question au mieux ? Tout d’abord, faites une petite introspection sur vous et vos dernières expériences professionnelles.
Qu’est ce qui n’allait pas ? Vous aviez des lacunes pour exceller dans une compétence précise ? Ou plutôt du mal à respecter les deadlines ? Ressentiez-vous un malaise dû au management de l'équipe ? Que que ce soit au niveau de vos soft/hard skills ou de votre savoir être, listez tous ces "points négatifs" accompagnés d'exemple précis. Enfin, établissez un plan concret sur comment vous avez ou vous comptez les améliorer. 
Cet exercice assez simple sur le papier peut vite devenir un casse tête ! Il est parfois difficile de s'auto-juger et obtenir des réponses totalement objectives. Vous pouvez donc aussi demander l'aide de vos proches ou ex collaborateurs pour vous apporter des éléments supplémentaires. 
Exemple 1 : “C’est peut être grave, mais pendant mes études supérieurs, je procrastinais beaucoup. J’ai réalisé très vite que c’était un soucis pour moi, et je travaille dessus en finalisant toujours mes projets à l’avance.” ✅
Vous êtes sincère et admettez un vrai défaut MAIS vous réussissez à le surpasser dans votre vie professionnelle avec une solution qui est bénéfique pour vous et l'entreprise.
Exemple 2 : “Sur mon précédent poste, mes collègues avaient remarqué mes lacunes en Anglais, je faisais souvent appel à eux quand j'avais des doutes. Mais depuis 6 mois je prends des cours et il y a eu une nette amélioration.”✅
Vous avez réussi à vous remettre en question, à démontrer votre esprit d'équipe et tout en travaillant sur une compétence clé.
Exemples 3 : “ Je suis désorganisé.” “Je suis impulsif.” ❌
Que ce soit une qualité ou un défaut, n’hésitez pas à développer votre pensée ou l’argumenter avec des exemples précis de situations professionnelles.
Exemple 4 : “Je suis trop perfectionniste.” “Je fais très attention aux détails.” ❌
Ça peut être vrai, mais c’est surtout une réponse trop générique. En réalité, c’est même une réponse qui irrite bien des recruteurs ! Ces *semi* défauts même accompagnés d’exemples concrets sont bien trop vagues.
Nos Conseils
  • Développez votre pensée en mettant l’accent sur le positif : ce que vous a appris ce défaut sur vous et/ou votre avenir professionnelle et ce que vous avez fait pour y remédier.
  • Ne parlez pas de défauts trop personnels.
  • Soyez honnête, mais restez professionnels.
  • Ne donnez pas de réponses génériques. 
Vous souhaitez travailler dès à présent sur vos hard skills ? On vous a préparé une petite liste de nos plateformes d’e-learning préférées ici.